Une journée historique pour la démocratie à Bruxelles

Ce samedi 30 novembre, la première réunion de l’Assemblée Citoyenne Bruxelloise a eu lieu. Il s’agit d’une initiative d’Agora, mouvement citoyen bruxellois ayant obtenu un siège aux élections de mai 2019 en région de Bruxelles-Capitale. Cette assemblée est composée de citoyennes et citoyens tiré·es au sort dans la capitale. Le mouvement a tout mis en oeuvre pour que cette assemblée soit la plus représentative possible de la population bruxelloise. 

 

A terme, ces citoyen·nes vont discuter, se former et délibérer sur différentes questions politiques et ces avis seront reportés au parlement par Pepijn Kennis, le parlementaire d’Agora. Ce qui confère à ces citoyen·nes un pouvoir qui n’est pas juste consultatif. 

 

Ana Adzersen facilitatrice de l’Assemblée Citoyenne Bruxelloise explique le fonctionnement.

 

Cette première réunion faisait office de prise de contact et d’introduction du cadre général dans lequel les futures réunions délibératives auront lieu. En plus des citoyen·nes, de nombreux/nombreuses encadrant·es et facilitateurs/facilitatrices étaient présent·es de manière à ce que chacun et chacune trouve sa place et puisse exprimer son opinion. 

 

Pour que cette Assemblée soit mise en place, plus de 5000 lettres ont été envoyées dans les différentes boîtes aux lettres bruxelloises. Parmi les 300 réponses positives à ces invitations, 89 personnes ont été sélectionnées afin d’assurer un maximum de représentativité. 

 

Sur 89 personnes sélectionnées, 57 sont venues (ce qui, avec un taux de présence de 64%, est comparable à celui des députés au parlement). Parmi celles-ci, 58% de femmes contre 42% d’hommes, 33% de jeunes ayant entre 18 et 35 ans et 56% de personnes n’ayant pas de diplômes universitaires. Il s’agit de chiffres nettement plus proches de la population bruxelloise que le sont ceux du parlement bruxellois où les personnes non-universitaires sont presques absentes et où les jeunes sont sous-représenté.e.s. 

 

Cette première journée s’est déroulée comme suit:

  1. Une première prise de contact avec des facilitateurs et facilitatrices.

  2. Une explication de comment fonctionne Bruxelles et plus particulièrement le parlement bruxellois.

  3. Une discussion sur la manière dont vont se dérouler les assemblées citoyennes à venir.

  4. Une évaluation de cette première journée et un retour général des différent.e.s citoyen.ne.s. 

 

Chaque citoyen.ne qui participe à cette Assemblée Citoyenne Bruxelloise est defrayé.e et une garderie est mise en place. 

 

“Pour moi, c'était vraiment fantastique de voir à quel point la diversité du groupe était grande. Combien les gens s'écoutent avec attention et combien ils se respectent les uns les autres. Comme chacun était heureux de pouvoir partager son opinion et d'être écouté. Enfin, ce qui m'a frappé, c'est combien de personnes, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur situation sociale, pensaient que les mêmes choses étaient importantes.” a réagit Pepijn Kennis, le parlementaire d’Agora, présent à l’Assemblée hier. 

 

Diane, employée à mi-temps pour Agora, était également très satisfaite de cette première journée d’Assemblée : “Il s’agit avant tout d’une possibilité pour chacun et chacune, à travers ce tirage au sort, de pouvoir participer à la vie politique, à la prise de décision et à la délibération citoyenne. La diversité de l’Assemblée implique forcément des personnalités différentes. C’est pour cela que l’encadrement et la facilitation sont extrêmement importante. Elle fait en sorte que ce ne soit pas toujours le plus charismatique ou le plus à l’aise qui prenne la parole et impose ses idées. Les facilitateurs et facilitatrices ont reçu une formation bien particulière pour pouvoir faire cela au mieux.”

 

“En tant que bénévole pour le mouvement, et vu de l’extérieur, j’ai trouvé que la journée s’est déroulée de manière très fluide et décontractée, sans stress particulier. Les participants avaient l’air curieux et intéressés. Il y avait une bonne énergie et la garderie était très efficace, ce qui est très tranquillisant en tant que parent” nous dit Valérie, bénévole pour Agora. 

 

Jonathan, autre bénévole au sein d’Agora, a également apprécié l’expérience:

“Samedi était une journée historique pour la démocratie bruxelloise. Il y avait une énergie débordante de citoyens de tout horizon qui veulent contribuer à améliorer la ville en discutant ensemble de projets de société. À midi, autour d'un sandwich, des citoyens de quartiers différents racontaient, chacun selon leur propre prisme, les limites de l'implication citoyenne dans l'évolution de la ville. Chacun listait des causes différentes et tous s'accordaient pour dire qu'ensemble, ils étaient un nouveau modèle qui pourrait mener à améliorer leur ville, leur vie et leur quotidien.

L'énergie constructive que dégageait l'assemblée citoyenne était très belle. Chacun avait une pierre à apporter et réalisait qu'ensemble, dans le respect et l'écoute de l'autre, il avait une responsabilité de construire le futur de la region.” 

 

Avant de finir sur une touche un peu plus personnelle:

“Samedi était une journée de grande émotions. C'était une leçon d’humilité que de voir l'énergie que les membres de Agora ont mis dans ce projet résonner en 58 voix puissantes et pleines d'espoirs  pour le futur de la region.”

 

Dessins de Judith Dufaux